Categories
Education

Quelle valeur accorder au temps ?

Parler du temps revient à s’interroger sur ce qui constitue a priori l’existence humaine. En effet, l’activité humaine se déroule et se comprend dans le temps. C’est dire en d’autres termes que le temps est intrinsèque à la vie de l’homme et, en tant que, mérite qu’on s’y attèle pour découvrir en quoi consisterait sa valeur eu égard la vie de l’homme.   

Le temps comporte en soi des multiple sens. Chacun donne une définition selon sa compréhension. Cependant, de manière générale, le temps est celui que donne  l’horloge, du fait du mouvement de l’aiguille. Selon les philosophes, par rapport au devenir de toutes les choses, le temps est un principe qui donne une signification, c’est l’intervalle  de durée calculée. Ainsi, le temps est une durée en mouvement qui a le pouvoir de déterminer les choses et les évènements dans la nature. A cet effet, Christian Godin, dans son Dictionnaire de Philosophie, estime que « du point de vue physique et métaphysique, dimension du réel qui rend possible et intelligible ses mouvements et transformation (…) à la différence de l’espace, le temps est irréversible. Il comprend lui-même les dimensions du passé, du présent et du futur qui fixe les repères de l’antérieur, du maintenant et du plus tard »[1].

Toutefois, le temps compris comme durée est divisé en trois périodes qui sont habituellement appliquées à la vie quotidienne, dont le passé, le présent et le futur. C’est autour de cette classification que se trouve la question de l’existence ou de la non existence du temps, puisque pour certains, le passé et le futur n’existent pas, seul le présent est qualifié d’existence. Autrement dit, il n’y a pas une prise en compte du passé et de l’avenir. Pour d’autres par ailleurs, le passé et le futur existent. Néamoins, ils précisent que le futur existe d’une manière forte que le passé ; C’est-à-dire, que le passé n’est plus, il n’y a pas moyen de le récupérer. Le futur est alors une opportunité d’améliorer le passé. Le futur est plus réel, car l’avenir est le perfectionnement du passé.

Cependant, admettre d’une première conception que le temps passé et le futur n’existent pas, c’est négliger dimension sociale du temps. Les évènements sociaux n’ont aucune portée spécifique. Ici, le temps est considéré comme une illusion éternelle. Cette acception selon Emile Durkheim est pour les malades mentaux qui ont perdu le dimension sociale du temps. Pour ces derniers, le temps est une idéologie. Par conséquent, il y a une difficulté à classer le temps par époque. Toute période est cyclique, rien ne change, on est dans l’habitude donc rien ne change.

Par ailleurs, accepter la seconde conception du temps selon laquelle le temps passé, présent et futur existent signifierait que le monde est dynamique. Autrement dit, c’est admettre que chaque moment passé, qui passe et qui passera est unique et distinct. L’on ne peut pas se permettre de dire catégoriquement que le passé et le futur n’existent pas, car il serait absurde. Le passé et l’avenir existent dans le présent.

Le passé n’est pas un temps à éradiquer de la vie. Il est bien vrai que pour certaines personnes, le passé n’est plus. Mais c’est le seul et unique temps qui assiste le présent à poser une bonne base pour le futur. Oublier le passé c’est effacer une partie de soi. Il est important, voire nécessaire de faire le ‘‘bounce back’’, c’est-à-dire revenir sur le passé, relire le passé. Le passé fait partie de notre histoire. Tenter de l’oublier c’est créer une ouverture aux blessures sans le savoir.

L’avenir existe de manière forte que le passé. Mais pour certains, le futur n’est pas encore et s’inquiéter à propos ne vaut donc pas la peine. Il y a souvent un principe inévitable pour la question du futur, c’est la peur. Cette peur n’est pas la peur du futur comme tel, mais l’on a peur d’avancer, de s’engager, de chuter comme au temps passé. En un mot, il s’agit de la peur d’oser à nouveau. Mais, il serait important d’oser, c’est-à-dire, de prendre le risque. Le futur est un temps que l’on ne connait pas, il est tout à fait normal d’avoir peur du moins, il est conseillé de préparer son future.

Le temps présent est le principe de base pour le passé et l’avenir. C’est un temps de discernement et d’actions puisqu’il est là, réel, c’est le maintenant. Le présent c’est le temps actuel, la période qui existe entre l’antériorité et la postérité. Savoir gérer le présent c’est savoir équilibrer le passé et le futur. Chaque présent étalé est à mettre en valeur car il sera lui-même dans l’avenir du passé.

Il est à noter, en outre, que le temps est un principe toujours en mouvement. Autrement dit, il est dynamique. Car  autrefois, le passé était d’abord un futur. Le présent était aussi l’avenir du passé, il est maintenant l’aujourd’hui il sera le passé. Le futur est dans l’avenir, il sera le présent du demain et ensuite deviendra le passé d’un autre temps de l’avenir. Le temps se présente d’une forme cyclique, mais chaque moment qui est passé, qui passe et qui passera est unique et irrécupérable.


[1] Christian Godin, Dictionnaire de Philosophie, fayard, Paris, 2004, p.1315. �

By coleuniversal

Am a student. Studying philosophy.

One reply on “Quelle valeur accorder au temps ?”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s